Fallout 2 – Episode 14.5

Miria me raconta quelques ragots, mais rien qui ne m’intéresse réellement pour ma quête du JEK Sacré. Les autres attendaient en dehors de la chambre et commençaient visiblement à trouver le temps long, sifflotant, se curant le nez ou encore en se grattant l’oreille droite du pied. Je suis toujours épatée quand Sulik fait ça. Il a dit qu’il m’apprendrait un jour.
« Tu sais Loulou, me dit Miria, j’avais jamais rencontré quelqu’un d’aussi gentil que toi.
-Ça c’est parce que tu sors jamais du village, l’autre jour..*
-Assieds-toi près de moi, ce sera plus confortable. »
Je m’assis.
« C’est vrai que c’est mieux. Donc, l’autre jour j’ai rencontré ce gars qui vendait des chouchous, et moi j’avais pas…*
-Tu es très belle aussi… Je peux poser ma main sur ton épaule ?
-Bien sûr. Je disais que j’avais pas assez d’argent sur moi. Alors je lui ai demandé si… Tu fais quoi là ?
-Je te caresse le bras. Ce n’est pas agréable ?
-Si si… Heu… Je voulais vraiment manger un chouchou, alors il me dit, « pas de problème ma biche, si t’es gentille avec moi t’aur »…*Hey ! Si tu cherches mon portefeuille, je le mets jamais dans ma poche arrière…
-Hihi !!
-Alors je lui réponds, « bien sûr monsieur, que dois-je faire ? », mais au final j’ai pas eu de chouchou parce que mes amis m’ont tirée par le bras et on est partis. Heu… Tu m’écoutes ? Tu enlèves ta chemise ? C’est vrai qu’il fait chaud ici. »
Vic, Sulik, Cassidy et le Chien étaient agrippés au chambranle de la porte sans mot dire.
« J’arrive les gars, leur dis-je.
-Oh, nous surtout pas vouloir déranger. Continue comme si nous pas être là. »
Miria se leva et alla fermer la porte, à la déception des spectateurs. Puis se tourna vers moi.
« Je vais te faire des choses qu’on ne t’a jamais faites, me dit-elle.
-J’espère que c’est pas une clef de bras parce que sinon…
-Détends-toi… »

Moi regarder par trou de serrure, mais trou avait été bloqué par morceau de papier. A côté, Vic et Cassidy aussi excités que moi, mais Lenny s’en foutre.
« Oh tu sais mon vieux Sulik, ça fait longtemps que ça marche plus chez moi ça… ».
Zut. Pas pouvoir mater, nous très déçus. Par contre papa de Miria regarder vers nous, lui pas l’air content.
« Qu’est ce que vous foutez encore là vous ? pourquoi cette porte est fermée ?
-Heu, nous pas devoir entrer.
-Elle est où votre copine, celle qui a de gros…*
-Haaa !
-C’était quoi ce cri ? Demanda le papa.
-Elle… se battre avec monstre dans la chambre !
-Je vais chercher mon flingue !!
-NON ! Heu… Etre gros monstre à l’intérieur. TRES méchant…
-Ah ben alors je prends mon fusil ! »
Le monsieur alla chercher gros fusil au-dessus cheminée…
« TIENS BON MA CHERIE, J’ARRIVE !! »
Lui donner grand coup de pied dans porte, qui explose. Alors nous regarder tout de suite, et nous très contents.

« Heu, salut papa…
-BORDEL qu’est ce que vous faites à ma fille ?!
-Eh bien à vrai dire c’est pas moi qui… Heu… C’est à dire que… Enfin voilà quoi. Je peux me rhabiller ?
-Un peu que vous allez vous rhabiller !! (enfin prenez votre temps…) Ah, quel déshonneur ! Je savais que tu étais différente Miria, mais… »
J’enfilai mes vêtements et tentai de retrouver un semblant de dignité quand l’abatteur me fourra son fusil dans le dos :
« Allez zou ! A l’église ! On va vous marier et ensuite vous foutrez le camp ! »
Quand j’avais évoqué l’église du village un peu plus tôt, je n’aurais jamais pensé que j’allais EFFECTIVEMENT y rentrer avec un fusil planté dans le dos…
En un rien de temps furent réunis Jo le maire-prêtre et un témoin, le fils de l’abatteur. Par contre le Chien évita soigneusement d’entrer, preuve s’il en est qu’il était bel et bien une créature du diable.

Le papa n’avait pas l’air d’apprécier les cérémonies. Toujours équipé de son fusil, il pressa le prêtre.
« On n’a pas toute la journée Jo, si on passait directement aux formules sacrées.
-Bon d’accord. »
Sur le banc des invités (que j’entendais d’ailleurs grincer d’une drôle de façon), Vic se mouchait bruyamment.
« Snif, moi les mariages, ça me fait toujours pleurer…
-Moi je trouve ça d’un déprimant, ajouta Cassidy. »

« Oh oui alors ! » S’exclama t’elle en sautillant sur place.
« Parfait. » Commenta son père.
« Loulou, reprit Jo, acceptez-vous de prendre Miria ici présente, pour époux, heu *épouse*, de l’aimer, de la chérir et de la protéger jusqu’à ce que la mort vous sépare ?
-Eh bien je ne voulais pas déranger mais maintenant que vous en parlez… »
Le papa arma son fusil.

« Effectivement, vu comme ça… Alors… Oui.
-Par les pouvoirs qui me sont conférés (puisque j’ai été élu pendant que je dormais je vous le rappelle), je vous déclare femme et… Femme. Vous pouvez vous embrasser.
-Est-ce vraiment nécessaire ? Demandai-je.
-C’est la coutume, et je crois que c’est ça ou le coup de fusil.
-Bon…

« ELLES SONT UNIES !! » Hurla Vic, aux anges.
Nous sortîmes tous du bâtiment maudit, et les autres reprirent leurs activités, quelles qu’elles soient.
« Alors, on fait quoi chérie ? » Demanda Miria.
Je ne savais pas trop dans quoi je m’étais empêtrée, mais toujours est-il que ça rendait mes compagnons très heureux…

Publicités
Cet article, publié dans Loulou dans Fallout 2, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s